1- Le pied de l’enfant

De la naissance à l’âge de 2 ans environ, tous les enfants ont les pieds plats. Ce phénomène est normal, car la musculature intrinsèque du pied n’est pas encore complètement développée. Effectivement, c’est pendant les premières années de sa vie qu’un enfant verra ses arches de pieds se développer. Car c’est en marchant, en courant, en jouant pied nu sur des surfaces absorbantes qu’il tonifiera la musculature de la cheville et de la face plantaire des pieds.


Donc, après 2 ans, si le pied est encore plat, il est recommandé de porter des chaussures à semelles larges et absorbantes avec contreforts longs et hauts qui procureront à l’enfant un bon support de manière à prévenir d’éventuels problèmes.


Entre 2 ans et l’âge de la puberté, il faut être vigilant et surveiller le développement des pieds, car la croissance est rapide et les problèmes de désalignement dû à des pieds plats peuvent se faire sentir. Il faut également considérer qu’une augmentation de poids corporel amplifie le risque étant donné que toutes les structures de l’anatomie n’atteignent pas leur maturité en même temps.


En résumé, si votre enfant a plus de 2 ans, qu’il est bien chaussé et qu’il se plaint de douleurs aux pieds, aux chevilles, aux genoux ou ailleurs, faites-le consulter un spécialiste qui lui fera une évaluation podale et biomécanique afin de déterminer la pertinence de lui procurer des orthèses plantaires.

2- Toutes ces douleurs que vos pieds endurent

Il y a plusieurs types d’affections, de pathologies liées aux pieds. Parmi celles-ci on retrouve la fasciite plantaire, le syndrome de Morton, l’hallux valgus (oignon), l’hallux rigidus, la tendinite du tendon d’Achille, etc.


Toutes ces pathologies donnent des maux de pieds lors de mise en charge ou à la marche. Elles ont également un traitement commun et fort simple. Il s’agit du port de chaussures adéquates pour la marche.


Il ne faut pas confondre souliers de marche avec souliers de ville ou de toilette. Un soulier de marche est construit de manière à maintenir le pied au repos lors de la mise en charge. La semelle extérieure est large et absorbante. Elle est munie d’un berceau qui diminue les contraintes sur les pieds au moment du déroulement du pas. La semelle intérieure est amovible pour permettre l’adaptation d’orthèses plantaires.


Le rôle des orthèses plantaires est d’augmenter le support aux pieds lors de la marche pour ainsi diminuer les douleurs et procurer un confort accru.


Ne laissez pas souffrir vos pieds. Chaussez-vous adéquatement

3- Le soin du pied diabétique

Quel que soit le degré de la maladie dont vous souffrez, il est très important d’apporter une attention particulière à vos pieds. Comme le principal moyen de déplacement est la marche, les pieds sont tous les jours mis à rude épreuve.


Voici quelques conseils qui vous aideront à améliorer le soin de vos pieds :

  • Examiner les pieds et les régions entre les orteils chaque jour; dépister rapidement les coupures, les ampoules et les égratignures.
  • Bien laver et essuyer les pieds, particulièrement les régions entre les orteils.
  • Éviter de circuler sur des surfaces telles que des plages de sable ou du ciment chaud; ne pas marcher pieds nus.
  • Toujours porter un bas dans la chaussure.
  • Éviter la présence de corps étrangers (bouts d’ongles, doublure déchirée) dans la chaussure; y déceler les endroits rigides ou trop rugueux pour le pied.
  • Éviter le port de sandales retenues par une languette entre les orteils.
  • Les ongles d’orteils doivent être bien taillés.
  • Les bas doivent être convenablement ajustés, de préférences sans couture, en bon état (non reprisés) et changés chaque jour.
  • La chaussure doit être ajustée par un orthésiste, être confortable au moment de l’achat et être faite de cuir.
  • Consulter son médecin régulièrement; faire examiner les pieds à chaque visite

4- Malaises et douleurs du printemps

À l’approche de la saison estivale, vous voulez probablement reprendre vos activités physiques. La remise en forme apporte parfois des douleurs aux pieds, aux chevilles, aux genoux, aux hanches, voire même aux bas du dos.


Si vous ressentez l’un de ces malaises, il se peut qu’il soit associé à un désalignement de la structure du corps. La plupart du temps ce sont les pieds qui en sont à l’origine.


Regardez vos pieds dans un miroir lorsque vous vous tenez debout (nu pied) : 80% des gens ont les pieds qui versent à l’intérieur. Ce n’est pas étonnant de constater qu’un bon nombre de ces personnes souffrent de l’un de ces malaises cités plus haut.


Avec une bonne évaluation d’un professionnel, vous saurez à quoi vous en tenir quant aux meilleures solutions qui vous permettront de faire vos activités physiques préférées tout en atténuant vos malaises.


Venez nous rencontrer pour une consultation gratuite

5- Le Syndrome du canal carpien

C’est une atteinte neurologique du nerf médian. Ce nerf provient de la région du cou et transmet son influx nerveux jusqu’au bout du pouce, de l’index et du majeur. Mais au niveau du poignet peut se produire une compression de ce nerf. Les symptômes suivants peuvent alors être ressentis :

  • engourdissements du pouce, de l’index et du majeur
  • douleur (surtout la nuit)


Les symptômes sont ressentis surtout la nuit à cause de la flexion involontaire des poignets qui compriment le nerf médian. Ils peuvent également apparaître lors de mouvements répétitifs du poignet, par exemple travailler sur un clavier, manipuler de longues heures la souris de l’ordinateur ou encore taper du marteau pour des périodes prolongées.


La douleur ressentie est due à l’inflammation du nerf qui est comprimé dans le canal du poignet.


On constate également une prévalence plus élevée du syndrome du canal carpien chez les femmes enceintes ou chez les personnes qui prennent trop de poids.


Si vous avez ces symptômes, il est recommandé de consulter un médecin. Selon le degré de l’atteinte, il vous proposera les traitements suivants :

  • médicament anti-inflammatoire
  • repos
  • infiltration de cortisone (anti-inflammatoire)
  • orthèse de poignet pour la nuit pour empêcher la flexion du poignet


Si malgré ces traitements les malaises persistent, alors la chirurgie pourrait être envisagée. L’objectif de cette intervention chirurgicale sera de décomprimer le nerf médian au niveau du poignet.

6- Le syndrome de Morton

Parmi les pathologies du pied, on retrouve le syndrome de Morton. Il s’agit d’une inflammation du nerf pédieux causée par une compression. Ce nerf passe dans l’espace interdigital, entre les têtes des 3e et 4e os métatarsiens et amène l’influx au niveau des trois derniers orteils.


Signes cliniques et symptômes

  • Sensation d’engourdissement et de brûlure sous la partie avant de la plante du pied
  • Présence de corne vis-à-vis le point de pression
  • Sensation d’engourdissement des trois derniers orteils; parfois la moitié latérale du deuxième
  • Douleur diffuse dans le milieu du pied
  • La douleur est augmentée si on applique une pression dans le troisième espace interdigital près des têtes métatarsiennes


La douleur est augmentée par le port de chaussures à empeigne trop étroite ce qui cause la compression du nerf même sans mise en charge. Généralement, ces patients retirent leurs chaussures à la première occasion soit : une fois assis à leur bureau au travail, sous la table de la salle à manger et dès qu’ils rentrent à la maison. Beaucoup d’entre eux tentent de se soulager en se massant la plante de l’avant-pied.


Traitements

Deux causes peuvent expliquer les douleurs du syndrome de Morton. L’une est inflammatoire et nécessitera un traitement pharmacologique soit :

  • Anti-inflammatoires
  • Injection de cortisone


L’autre est mécanique et nécessitera une solution mécanique c’est-à-dire :

  • Chaussures à empeigne plus large
  • Orthèses plantaires moulées avec coussin métatarsien qui soulèvera et déchargera les têtes métatarsienne

7- L’importance de bien se chausser lorsqu’on est diabétique

Les personnes diabétiques sont aux prises avec une maladie bien sournoise. L’un des symptômes les plus répandus, mis à part les effets de l’hypoglycémie, est la diminution de la sensibilité des extrémités distales des membres inférieurs et supérieurs.


Le pied diabétique a souvent une structure creuse (c.-à-d. l’arche est élevée) ce qui diminue la surface de contact et augmente la pression lors de la mise en charge. Souvent la peau sous l’avant-pied se durcit et se transforme en corne (callosité). Si cette corne n’est pas enlevée, elle peut se transformer en plaie, ce qui représente une plus grande menace d’infections chez les diabétiques, car ils guérissent plus lentement.


En plus de pratiquer les mesures d’hygiène, il est recommandé de se procurer de bonnes chaussures confortables sans coutures dans lesquelles les pieds ne seront pas serrés.


L’ajout d’orthèses plantaires à l’intérieur des chaussures contribuera à diminuer les pressions par le fait qu’elles sont moulées aux pieds. Si les matériaux utilisés sont absorbants, le confort en sera d’autant plus augmenté.


Pour plus d’informations à ce sujet, n’hésitez pas à communiquer avec nous

8- La complexité du pied

Le pied est constitué d’un ensemble complexe de 26 os et 19 muscles avec une trentaine d’articulations et plus de 100 ligaments au travers lesquels se trouvent un réseau de vaisseaux sanguins et de nerfs. C’est une véritable merveille physiologique.


Par contre, il subit, jour après jour, d’énormes contraintes puisqu’à chacun des pas que nous faisons chaque jour il doit soutenir tout le poids corporel et maintenir l’équilibre, tout comme les fondations d’une maison. Il effectue la plus grande partie du travail au niveau de la locomotion et, de façon régulière, joue le rôle de parechoc en absorbant les coups.


Il n’est donc pas étonnant qu’après plusieurs années d’activités physiques passées sur les pieds vous puissiez ressentir des malaises et des douleurs. Dans ce cas, il est recommandé de consulter un spécialiste qui saura reconnaître vos symptômes et les mettre en lien avec votre posture par une évaluation biomécanique. Il pourra également vous conseiller sur une bonne qualité de chaussure

et/ou vous recommander le port d’orthèses plantaires.

9 - Qu’est-ce qu’une orthèse plantaire?

L’orthèse plantaire est une semelle constituée d’un assemblage d’éléments de correction et d’absorption et qui se glisse dans la chaussure pour remédier à une faiblesse du pied de la façon la plus naturelle possible.


Fabriquées sur mesure à partir d’un moulage de vos pieds dans nos ateliers, nos orthèses plantaires sont constituées de matériaux confortables et durables, en plus de vous faire profiter des avantages suivants :

  • une meilleure absorption des chocs
  • un support complet du pied permettant à la fois un levier rigide et une certaine souplesse
  • une amélioration de la prévention des dommages anatomiques occasionnés par certaines activités
  • une augmentation de la performance et du confort
  • un rééquilibrage des différentes concentrations de pression sous une surface plus grande du pied grâce à des matériaux multicomposites
  • une diminution marquée de la fatigue musculair

10- Hallux valgus

Définition

L’hallux valgus (oignon) est la déformation en angle du gros orteil. Cette pathologie a pour conséquence l’élargissement du pied ce qui rend le chaussage difficile. Dans sa forme la plus sévère, on note un chevauchement du deuxième orteil sur le premier. L’hallux valgus arrive le plus souvent chez les femmes entre 40 et 60 ans.


Certains facteurs intrinsèques affectent l’incidence de cette déformation :

  • Les pieds qui versent vers l’intérieur
  • L’angle entre le premier et le deuxième os métatarsien
  • La contracture du tendon d’Achille
  • L’hérédité


L’examen physique

La plupart des patients présentent une douleur au niveau de l’éminence interne (oignon). C’est la pression exercée par le soulier qui en est la cause. On peut également trouver une rougeur et même des éruptions cutanées à ce niveau. La déformation est souvent accentuée par la mise en charge.


Le traitement

Dans un premier temps, la douleur, la rougeur et les phlyctènes peuvent être soulagées par l’élimination de la friction à l’aide de petits coussins protecteurs. L’évaluation des souliers et la recommandation de chaussures plus larges peuvent parfois être suffisantes pour soulager le patient.


Si les pieds sont plats ou qu’ils versent vers l’intérieur, l’origine du problème étant mécanique, il y a une solution mécanique. C’est l’orthèse plantaire moulée faite par des orthésistes diplômés et qualifiés qui sauront assurer un suivi et des ajustements adéquats et professionnels.

11- Hallux rigidus

Lors de notre dernière chronique, nous avons parlé de l’hallux valgus (oignon) qui est la déviation externe du gros orteil. L’hallux rigidus est une pathologie distincte. Le symptôme principal est la douleur, mais surtout la diminution de mouvement en flexion dorsale du gros orteil. Ce blocage est le résultat de la formation d’une sorte de pont osseux au niveau de la base de la première phalange et de la tête du premier métatarsien.


L’évolution de cette pathologie est la progression de l’arthrose, la restriction du mouvement ainsi qu’une douleur progressive.


Les causes peuvent être traumatiques, métaboliques ou congénitales. Les symptômes sont :

  • Douleur à la mise en charge
  • Douleur qui diminue au repos
  • Enflure au niveau de l’articulation
  • Boiterie
  • Touche les femmes plus que les hommes
  • Le problème se retrouve souvent des deux côtés


Les traitements conservateurs que les médecins préconisent sont :

  • Anti-inflammatoires et glace
  • Souliers plus larges et à berceaux
  • Éviter les talons trop hauts
  • Orthèse dans le soulier pour réduire le mouvement au niveau de l’articulation
  • Physiothérapie dans les stades précoces seulement


S’il y a échec du traitement conservateur, on peut alors envisager la chirurgie. Toutefois, le port de chaussures larges avec « berceaux » restera un choix judicieux.

12- Corne sous les pieds

Avez-vous déjà remarqué de la corne sous vos pieds? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi?


Le pied est fait de deux voûtes: une première qui unit le talon jusqu’aux orteils et l’autre qui traverse du 1er au 5e orteil. L’appui du devant de votre pied doit se trouver à la base du 1er et du 5e orteil (têtes métatarsiennes).


Il arrive très souvent que la base des 2e et 3e orteils (métatarsiens) s’affaisse, ce qui provoque ce qu’on appelle l’avant-pied rond. Cela occasionne souvent de la douleur à la marche et même de la callosité qui se traduit par un épaississement et un durcissement de la peau dû à la pression qui se trouve mal répartie.


Dans ce cas, la première recommandation est de se procurer de bonnes chaussures de marche qui seront munies d’une semelle intérieure absorbante ou moelleuse pour amortir la pression. Si ce n’est pas suffisant et que les symptômes persistent, il serait nécessaire alors de remplacer les semelles intérieures par des orthèses plantaires moulées. Ces dernières devraient comporter un élément de décharge des têtes métatarsiennes.


L’objectif des orthèses plantaires est d’offrir une meilleure distribution des points de pression pour ainsi obtenir un confort optimal à la marche.

13- À chaque malaise sa solution!

Ils sont nombreux les malaises et les douleurs qui peuvent toucher vos pieds. Certains problèmes sont légers et peuvent être réglés à partir d’un traitement ponctuel approprié (exercices spécifiques ou massages) ou du port d’un soulier confortable.


Par contre, d’autres sont plus compliqués et nécessitent des solutions plus élaborées, comme le port d’orthèses plantaires combiné à une chaussure adaptée.


Par exemple, si vous souffrez de ce qu’on appelle oignon ou hallux valgus, il y aura élargissement du pied dû à la déformation de l’articulation du gros orteil. De la douleur et de la raideur dans l’articulation y seront probablement associées.


Dans ce cas, une orthèse plantaire moulée enlèvera beaucoup de pression dans la zone touchée. Elle vous soulagera et contrera la progression de la déformation subséquente.


Il existe beaucoup d’autres malaises et inconforts liés à de simples désalignements ou faiblesses du pied, tels que les douleurs aux genoux, au dos ou à d’autres parties du corps. Mais quels que soient les inconvénients que vous causent vos pieds, chez Médicus Ortho Service Laboratoire Orthopédique, on vous proposera des solutions pour vous aider à diminuer ces effets désagréables.

14- Épine de Lenoir ou fasciite plantaire?

Douleur sous le talon ou à l’interne… Quand?

  • Le matin au lever du lit, les premiers pas sont ardus. Après quelques minutes de marche, les douleurs semblent s’atténuer, mais se font ressentir de nouveau un peu plus tard.
  • Pendant ou à la suite d’une activité physique de marche, mal chaussée.
  • Suite à une position assise prolongée.


Ces symptômes sont des signes cliniques qui s’apparentent à la fasciite plantaire.


Le fascia est une aponévrose formée de tissus musculaires et tendineux qui supportent la structure osseuse de l’arche. La douleur que l’on ressent est due à une inflammation de l’insertion du fascia sur l’os du talon (calcanéum).


La contrainte que le fascia effectue sur le talon lors de la marche provoque une inflammation (donc une douleur). Quelques fois cela a pour effet de stimuler l’os qui, en réaction, produit un dépôt calcaire. Le tendon du fascia se calcifie et il en résulte un éperon osseux qu’on peut apercevoir à la radiographie. C’est ce qu’on appelle l’épine de Lenoir.


En fait, l’épine de Lenoir est une conséquence de la fasciite plantaire et la douleur provient de l’inflammation du tendon sur l’os.


Les traitements appropriés sont des exercices d’étirement, des anti-inflammatoires, de bonnes chaussures de marche et des orthèses plantaires moulées. Ces dernières auront pour effet d’aider le fascia à supporter l’arche et donc à soulager la douleur

Création de

Mention legale